Un petit garçon aussi roux qu'un renard se promenait en trottinant comme une souris le long de la rue du Héron.

Alors qu'il passait devant une maison abandonnée, son regard d'aigle lui permit de découvrir une pierre de la taille d'un œuf d'oie. Il jeta un coup d’œil prudent de lynx pour vérifier qu'aucun passant ne viendrait et le déranger puis, malin comme un single, avec la vivacité du serpent, il attrapa la pierre et la lança avec la force du taureau – ou plutôt du veau – en direction d'une des fenêtres de la maison.

La pierre s'envola comme une hirondelle pour aller fracasser un des carreaux de la fenêtre.

Mais notre tête de linotte n'avait pas remarqué la présence d'un voisin, un vieil homme moche comme un pou, sinistre comme un corbeau et doté d'un caractère de cochon. Ce drôle d'oiseau se mit soudain à pousser des cris d'orfraie avant de fondre sur l'enfant tel un faucon sur un mulot. Ce dernier n'ayant pas la force d'un grizzli, se mit aussitôt à courir dans une autre direction et se sauva avec la rapidité du lévrier afghan.

Plus tard, le petit garçon, fier comme un paon, raconta son exploit à une camarade aux yeux de biche et au sourire de chat, sans mentionner la peur que le vieux tigre lui avait faite.