Un petit garçon qui aimait faire des blagues et n'aimait pas l'école parce qu'à l'école, il faut toujours travailler et qu'on peut jamais faire des blagues sinon, on se fait punir par la maîtresse qui n'a aucun sens de l'humour, se promenait dans une rue qu'il croyait déserte et où il se croyait peinard quand, en passant devant une maison abandonnée depuis tellement longtemps que plus personne ne se souvenait d'y avoir vu quelqu'un vivre, il vit un gros caillou et eut l'idée, saugrenue mais géniale à ses yeux, et après avoir jeter un coup d’œil autour pour s'assure qu'il était seul – parce que certaines choses demandent de la solitude et les bêtises en font partie – de le lancer en direction d'une fenêtre dont il brisa un carreau, car à force de jeter des trucs sur tout et n'importe quoi et même le chien du voisin quand personne ne pouvait le voir, il était devenu très fort au lancer d'objets ; mais c'était sans compter sur le voisin de la sus-mentionnée maison abandonnée qui venait de sortir de chez lui pour aller faire son marché comme il le faisait chaque jour depuis qu'il était parti à la retraite sauf, bien sûr, les jours où il n'y avait pas marché, et qui lui fonça dessus pour lui infliger une correction, lui donnant une peur bleue qui le fit fuir et dont il se garda bien de parler quand il rapporta son exploit à sa meilleure amie qui n'avait pas pu assister à la scène parce que son père étant l'instituteur, elle n'avait pas la possibilité de sécher les cours en signant un faux mot d'excuse à la place de ses parents.