Cannibal 1

Mon petit canard, ma petite biche. Te souviens-tu du temps où je te susurrais à l’oreille que tu étais mignonne que j’avais envie de te croquer ? Et bien voilà, c’est fait.

Cannibal 2

Mon voisin est un philanthrope : il me répète sans cesse qu’il faut aimer les hommes, être bon. Mon voisin est un con mais j’ai quand même essayé de suivre son conseil en commençant par l’aimer, lui. Alors, je l’ai mangé. Mais il avait tord, il n’était pas bon.

Quand je vous dit qu’il était con.

Cannibal 3

Elle s’appelait Prune. Elle sentait la vanille, à cause de l’eau de toilette dont elle s’aspergeait. Elle était un peut quiche. Elle n’arrêtait pas de me raconter des salades quand je l’invitais à dîner chez moi. Mais c’était une femme tellement délicieuse : elle avait un petit goût de poulet.

Cannibal 4

Toi qui n’arrêtes pas de râler parce que je préfère faire réchauffer des plats tous faits au lieu de faire l’effort de cuisiner, tu aurais dû te méfier quand je t’ai proposé de te cuisiner un repas. Mais tu est tellement naïf que tu n’as même pas soupçonné que tu n’étais pas le convive mais le dîner.

Cannibal 5

Son mari se vantait souvent de ne pas avoir de coeur. Elle découvrit pourtant un jour qu’il en avait bien un, dont elle se fit un délicieux dîner de séparation.

Cannibal 6

Finalement, mon ex avait plutôt bon goût. J’en ai même congelé une partie pour plus tard. De toute façon le pauvre garçon n’avait aucune conversation.