20 septembre 2010

Le tombeau

Je me croyais sortie du désert mais j'étais loin de voir que ce n'était qu'un mirage.  Je suis en plein milieu. Ma gorge est desséchée, mon cœur est en morceaux, et ma peau lacérée par mes doigts ensanglantés tombe au sol en lambeaux. Je voudrais de mes doigts, de mes dents creuser le sable de cette dune. Faire du sable un linceul, du désert un tombeau.
Posté par AnaphoreX à 18:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 février 2007

J'aime bien

J'aime bien J'aime bien regarder les petites paquerettes qui poussent dans le gazon, semblables à de petites étoiles blanches, flocons de neige éternelle.   J'aime bien   J'aime bien regarder la mousse qui ponctue de vert clair la pelouse, comme autant de taches de lumière dans une toile impressionniste.   J'aime bien   J'aime bien regarder les gouttes de pluie tomber comme si elles étaient jetées par une main invisible du haut du ciel pur sur la terre ferme ; elles volent dans le... [Lire la suite]
Posté par AnaphoreX à 22:55 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
16 février 2007

L'attente

Attendre, espérer. Rester là, ne pas bouger, les yeux fermés. Écouter les moindres bruits. Surveiller, guetter l'arrivée de quelqu'un, quelque chose. Qui ? Quoi ? On ne sait pas. Pas d'importance, le plus important est d'être là, et d'attendre, d'espérer. L'espoir, l'espérance, tout cela est vain, inutile. Si futile, l'attente si futile, l'espoir qui s'envole au loin, mais même cette attente, superficielle, c'est quelque chose, quelque chose de plus, quelque chose de mieux que le rien justement, qui n'est rien.   ... [Lire la suite]
Posté par AnaphoreX à 17:16 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
12 février 2007

Mélodie

Mélodie, dis-moi, ma mielleuse Mélodie, magicienne aux griffes amères et aux pattes de senteurs, est-ce donc par désespoir que tu miaules ainsi le soir quand la nuit échoue sur ton boudoir, ou est-ce par envie d'éteindre les deux flammes de mon regard qui te caresse de loin, pour te plonger dans un noir sommeil ? Quel est ce mal étrange, étrange mâle qui, malhabile, exerce sur ton doux babille, habile, une noire influence d'ivoire. La sombre jalousie aurait-elle des raisons de me faire craindre de ta part une quelconque... [Lire la suite]
Posté par AnaphoreX à 22:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
05 février 2007

Rédemption

Voilà un poème que j'ai écris il y a des années, et que j'ai retrouvé sur une disquette. Il est bizarre, mais je l'aime bien. Rien pour nous éclairer dans cette obscurité, rien pour nous aider. Rien ne nous est épargné. Tout semblait si facile, pourtant, tout semblait si simple, et nos cerveaux débiles croyaient déjà pouvoir penser éternité. Mais rien, non rien pour briser ce mystère, pour le détruire et en extraire enfin la quintessence de l'esprit, la lumière aveuglante et obsédante de la vérité. Cette clarté si ... [Lire la suite]
Posté par AnaphoreX à 22:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
18 janvier 2007

Mon coeur qui bat.

J'écoute mon coeur qui bat, qui bat lentement en me chantant sa chanson, en sourdine, comme un murmure.   Badaboum ! Badaboum ! Badaboum !   Mais soudain il s'affole et, petit oiseau effrayé dans sa cage trop étroite, volette en tout sens, cherchant à s'échapper.   BADABOUM ! BADABOUM ! BADABOUM !   Puis il se calme, un peu fatigué par l'émotion, et se remet bientôt à battre doucement, propulsant dans mes artères le sang qu'il pompe, et toutes ces petites choses qui font que je suis... [Lire la suite]
Posté par AnaphoreX à 21:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
10 janvier 2007

Au sortir de la larve

Au sortir de la larve, tel une libellule, je me suis étirée. Puis lentement, au souffle du vent, j'ai déployé mes ailes: c'est qu'elles étaient bien froissées, les pauvrettes, d'être restées si longtemps recroquevillées dans le noir. Puis j'ai fait mes premiers pas d'insecte, premiers pas hésitant: je n'osais trop y croire. Hier encore, j'étais si molle, si grosse, si maladroite dans mon petit corps boudiné de bébé. Enfin, comme mue par le pressentiment que c'était là ma destinée, me souvenant soudain que cette vie d'insecte n'était... [Lire la suite]
Posté par AnaphoreX à 21:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,