08 juin 2017

Blue bird

Blue bird Tu n’étais pas le plus beau mais je n’ai pas pu résister à ton charme et tu as fait de moi ce que tu voulais. Blue bird Tu t’es envolé un jour sans me dire pourquoi, trop las de mes baisers, n’ayant plus un regard pour ce pauvre petit coeur que tu brisais. Blue bird Tu voles si haut, si haut à présent que je n’arrive plus à te voir ; je ne t’entend même plus chanter. Blue bird Ne reviendras-tu jamais au creux de ma main picorer ma paume et gentiment pépier pour me bercer ? Blue bird Adieu, petit oiseau ; plus jamais... [Lire la suite]
Posté par AnaphoreX à 00:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

18 mai 2017

Ping-pong

Petite, ronde, blanche et légère comme une plume, telle est la balle de ping-pong qui résiste pourtant aux coups que lui assènent impitoyablement les joueurs en duels ou en quatuor. Ping, pong. Coup. de raquette, rebond sur la table, coup de raquette, rebond sur la table ; inlassablement, jusqu’au moment où un joueur laisse échapper un cri tandis que la balle s’envole quelque part dans le décor. Petit répit pour la balle et la partie reprend. Ping, pong. Les raquettes font un bruit sec quand elles heurtent la balle - ping. La... [Lire la suite]
Posté par AnaphoreX à 00:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
14 mai 2017

Le bateau

C’est le silence qui me tue. J’ai encore ce violon dans la tête. Siffle, siffle le bateau pour New-York. J’ai pas envie d’écrire, seulement de m’barrer. Le bateau partira sans moi ; le bateau partira très loin. Je suis au fond du trou. Danse le violon dans ma tête. Dansent les mots, dansent les fous. Mais le bateau coule et moi, je touche le fond. Violence, violon, écho. Je ne voulais pas écrire tous ces mots. Qu’importe le silence, qu’importent les mots. Le violon est toujours là et les danseurs continuent de tourner. Le... [Lire la suite]
Posté par AnaphoreX à 21:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
13 mai 2017

Quand j'écris

Il y a l’écriture et puis les cris. Il y a ce que j’ai envie de dire Et puis ces mots qui ne viennent pas toujours quand je les appelle. Il y a ce que j’écris Et puis ce que je n’ose pas écrire parce que c’est maladroit, qu’on pourrait mal le prendre. Il y a ce qui s’écrit tout seul Et puis ce qui a du mal à sortir de ma tête parce que ça fait mal d’y penser. Il y a ce que je pense de mes textes Et puis ce que les autres en disent. Il y a les prises de notes sur tout et rien Et puis ce que j’en fais ou pas. Il y a les... [Lire la suite]
Posté par AnaphoreX à 23:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
12 mai 2017

Dans ma rue

Il y a trop de soleil Et puis tout ce bleu qui m’éblouit et semble déborder du ciel. Il y a un trou dans la chaussée avec des barrières autour Et puis un drôle de troll endormi tout au fond. Il y a une femme blonde qui écrit, assise sur un muret, Et puis des voitures qui la regardent fixement. Il y a des maisons abandonnées au coin de la rue avec des planches sur les volets et les fenêtres du rez-de-chaussée Et puis des fantômes à l’étage qui regardent dehors avec ennui. Il y a des bruits de moteurs et des cris d’oiseaux Et... [Lire la suite]
Posté par AnaphoreX à 22:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
29 avril 2017

Je suis un caillou

Je suis un caillou du Petit Poucet, oublié sur le chemin. Je me suis perdu. Où sont mes copains ? Je suis le silex que l’on frappe et que l’on taille. Je suis aussi celui d’où jaillit l’étincelle. Tout feu t’enflamme. Je suis le rocher que Sisyphe pousse chaque jour en haut de la colline mais, toujours, je lui échappe et roule en bas. Je suis un diamant qui brille de 1000 feux. Admirez-moi car je le mérite. Ne suis-je pas digne des plus belles couronnes. Je suis un morceau de craie. Je viens du calcaire. Je fais de si jolis... [Lire la suite]
Posté par AnaphoreX à 18:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

22 avril 2014

Texte sans « e »

Vision. Par un matin glacial, un lutin malin jouait au piano, tandis qu'un coq s'acharnait sur un violon. Un gros chat noir qui passait par là lança : « voilà un bon duo. Pourquoi pas un trio ? » Aussitôt dit, aussitôt fait, il sort d'un sac un piaf braillant un air zoulou. Un lapin qui quittait sa maison lui balança un caillou : sa voix lui donnait du chagrin. Un poisson volant couvrit nos fou d'un brouillard gris. Au bord d'un lac, un crapaud susurrait sa chanson d'amour à un lotus, clos. Un... [Lire la suite]
Posté par AnaphoreX à 21:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
03 novembre 2013

J'imagine une maison...

J'imagine   J'imagine une maison   J'imagine une maison blanche   J'imagine une maison blanche aux volets bleus   J'imagine une maison blanche aux volets bleus, avec une terrasse   J'imagine une maison blanche aux volets bleus, avec une terrasse pour se reposer   J'imagine une maison blanche aux volets bleus, avec une terrasse pour se reposer dans de grands fauteuils   J'imagine une maison blanche aux volets bleus, avec une terrasse pour se reposer dans de grands fauteuils en osier ... [Lire la suite]
Posté par AnaphoreX à 11:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
21 février 2007

J'aime bien

J'aime bien J'aime bien regarder les petites paquerettes qui poussent dans le gazon, semblables à de petites étoiles blanches, flocons de neige éternelle.   J'aime bien   J'aime bien regarder la mousse qui ponctue de vert clair la pelouse, comme autant de taches de lumière dans une toile impressionniste.   J'aime bien   J'aime bien regarder les gouttes de pluie tomber comme si elles étaient jetées par une main invisible du haut du ciel pur sur la terre ferme ; elles volent dans le... [Lire la suite]
Posté par AnaphoreX à 22:55 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
16 février 2007

L'attente

Attendre, espérer. Rester là, ne pas bouger, les yeux fermés. Écouter les moindres bruits. Surveiller, guetter l'arrivée de quelqu'un, quelque chose. Qui ? Quoi ? On ne sait pas. Pas d'importance, le plus important est d'être là, et d'attendre, d'espérer. L'espoir, l'espérance, tout cela est vain, inutile. Si futile, l'attente si futile, l'espoir qui s'envole au loin, mais même cette attente, superficielle, c'est quelque chose, quelque chose de plus, quelque chose de mieux que le rien justement, qui n'est rien.   ... [Lire la suite]
Posté par AnaphoreX à 17:16 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,